Le tour du monde en cinq Jardins

8 juillet 2019
Promenez-vous dans ces jardins

Et si les jardins en disaient autant sur leur région d’origine que la littérature ou l’architecture ? Du Royaume Uni à la Chine, voici une excursion d’ethno-jardinerie dans les frontières de l’Hexagone…

Le jardin à la française : château du Champ-de-Bataille (Eure)

Château du Champ-de-Bataille
Mahat

Popularisé par André Le Nôtre, jardinier de Louis XIV, le jardin à la française se reconnaît à ses formes géométriques et ses jeux d’eau. À mi-chemin entre Évreux et Rouen, découvrez le parc de 138 hectares qui entoure l’un des plus beaux châteaux normands. Déambulez entre les quelques 60 000 buis, 35 000 ifs et 2 500 tilleuls qui font la beauté du Jardin Moghol, Jardin du Belvédère ainsi que ceux des Carrés de Diane et d’Apollon.

Le jardin à l’anglaise : parc botanique de Haute-Bretagne (Ille-et-Vilaine)

Parc botanique de Haute-Bretagne
Foltiere

À l’opposé du jardin à la française, le paysagisme anglais se distingue par ses arbres colorés et ses formes irrégulières. Le parc botanique de Haute-Bretagne en est un des plus beaux exemples, avec ses vallons, cours d’eau, et son étang. Si les plus belles floraisons s’observent au printemps, vous découvrirez en ces lieux un paysage somptueux qui se redessine au gré des saisons.

Le jardin japonais : parc oriental de Maulévrier (Maine-et-Loire)

Parc oriental de Maulévrier

À une heure de Nantes, à deux pas de Cholet, se trouve le plus grand jardin japonais d’Europe. Ici, l’eau recouvre près d’un tiers du parc : elle symbolise la pureté et la vie. Laissez-vous emporter dans un monde de quiétude et de tranquillité en déambulant entre les rochers, les ponts, les îles et les cascades du parc oriental de Maulévrier. De mai à septembre, les petits et les grands pourront profiter d’une parenthèse hors du temps en écoutant des contes japonais au cours d’une balade nocturne féérique.

Le jardin à l’italienne : Jardins d’Albertas (Bouches-du-Rhône)

Jardins d'Albertas
Danielclauzier

Dans les années 1630, Henri de Séguiran achètent les terres aux creux du vallon et crée les premiers jardins tels que nous les connaissons vers 1640. Quatre siècles plus tard, les descendants de la famille Albertas en ont toujours la charge ! Cette longévité exceptionnelle explique le soin apporté à ce bijou provençal. Comme à la Renaissance, les Jardins d’Albertas sont dotés de réalisations modestes (fontaines, treillages, petits bâtiments, statues antiques) afin d’utiliser au mieux l’environnement naturel et d’y créer des échappées. Un délicat mélange d’influences françaises et italiennes.

Le jardin à la chinoise : Jardin Yili de Rambouillet (Yvelines)

Jardin Yili de Rambouillet

À une trentaine de kilomètres de Paris, le Jardin Yili a été réalisé dans le cadre de l’année croisée France-Chine. La participation de la ville de Suzhou, cette « Venise chinoise » proche de Shanghai a permis la réalisation et réussite de ce projet. En Chine, la composition du jardin est un art sacré, au même titre que la poésie ou la calligraphie. Le Feng Shui guide l’organisation des dix hectares de ce jardin : il tient compte du sens du vent et de l’eau, mais aussi des principes masculins et féminins du yin et du yang… Le visiteur est un spectateur, le jardin, lui, est un spectacle.

Lire plus d'articles